Partagez | 
 

 Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Ven 4 Jan - 19:50

Tatsu se ballait dans les couloirs, allant entre les salles de classes, car il était très tôt le matin et les cours n'avaient pas encore débuté, même s'ils n'allaient pas tarder. Comme à son habitude il était torse nu, et trimbalait un genre de cartable usé dans son dos. Il n'était pas du genre matérialiste et se foutait littéralement de prendre soin du matériel. Il passa devant la salle de classe de dessin et frissonna légèrement. Ce qu'il pouvait détester ce cours : "laissez libre cours à votre imagination !" disait toujours le prof', c'était ennuyant... il balaya cette pansée et alla s'installer dans un coin tranquille dans le couloir. Loin des groupes d'élèves, histoire d'être au calme.

Il ne savait pas quoi faire en attendant les cours mais cela ne le gêna pas, il aimait ça comparé au cours... il ferma ses yeux et se reposa un moment avant de sentir une ombre sur lui. Il ouvrit les yeux et son regard se dirigea un hauteur. Quelqu'un le regardait et le fixait.


Dernière édition par Tatsu Rokugo le Sam 5 Jan - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Ven 4 Jan - 21:06

La fatigue était la seule chose qui occupait la pensée de l'Homonculus, il rêvait de retourner dormir, paisiblement, tranquillement sans autre songes que ceux de sa grandeur. Mais il ne pouvait pas, il lui fallait travailler, encore et toujours travailler. Pourquoi lui devait il travailler comme le commun des mortel. Il ne comprenait absolument pas cela, il était tellement grand, merveilleux, puissant les gens devraient se ruer pour le servir. Mais non il lui fallait travailler. C'était certes un choix de sa part, il l'avait décidé, mais c'était tellement ennuyeux.

Il déambulait dans les couloirs les yeux à moitié clos, mais l'allure tout aussi sévère et haute qu'à l'accoutume. Il ne cherchait rien de particulier dans ses couloirs hanter par des élèves tous plus étrange et différents les un que les autres, mais pourtant un élève attira son attention. Torse nu, seul dans un coin. Sendor ne put s'empêcher d'aller vers lui, il s'approcha lentement et s'arrêta, se maintenant de tout son être, se faisant le plus grand possible. Le regard bas, posé sur le jeune homme. Une corne, voilà tout ce qu'il voyait. Une corne bleue. C'était terriblement tentant. Et aussi terriblement impoli, pourtant il s'en moquait, il toucha la corne du bout de ses doigts et se mit à rire avant de déclaré dans un flot de verbiage incroyable.


«  -Incroyable, incroyable, qu'est ce donc ? Une corne, c'est magnifique. Elle est naturellement la sur ton crane ? Ou on peut l'enlever ? Je pourrais la mettre. Tu es seul ? Grand dieu, que tu es mal fagoté, tu ne voudrais pas que je t'aide à te vêtir ? Oh, et puis ce sac, cela ne va pas du tout. On ne peut laisser nos élèves ainsi. Suis moi veux tu. Et ceci n'est pas une question. »

Sans même attendre une seule réponse, il tourna sur lui même dans un léger mouvement de talon puis commença à marcher, un léger sourire satisfait, il allait être grandiose une fois de plus, il allait aider un élève, quel être merveilleux était il, vraiment, il était l'incarnation même de la perfection. Il irradiait littéralement d'auto satisfaction c'était presque effrayant à voir tant Sendor semblait sur et fier de lui.

En une fraction de seconde il se retourna à nouveau et s'observa dans une vitre, n'était il pas splendide dans ce costume blanc avec cette petite cravate pourpre et les gants de même couleurs. Il remonta ses lunettes et fit signe au jeune homme pour indiquer le chemin et s'assurer qu'il le suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Ven 4 Jan - 21:45

Il leva les yeux et vit un adulte le regarder bizarrement, presque comme s'il était amusé... mais amusé de quoi ? Tatsu lui adressa un regard indifférent, du moins, jusqu'à ce que l'inconnu se mit à toucher sa corne. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid en temps normal, mais l'individu semblait vraiment toucher sans arrêt la corne comme un enfant qui aurait trouvé un nouveau jouet. Il soupira intérieurement mais comme à son habitude, Tatsu n'eu aucune autre réaction : il se laissa faire, tout simplement comme à son habitude. Ce qui suivit fut comme un coup assommant. Le flot de parole qui avait fusé de ce grand homme l'avait littéralement plongé dans un ennui profond, d'autant plus que l’intérêt du contenu n’intéressait pas vraiment Tatsu... Mais l'adulte ne lui laissa même pas le temps de réfléchir qu'il était déjà en marche !

- "Hé... hé !"

Mais les sons qui sortaient timidement de la bouche de Tatsu ne semblaient pas faire effet. D'humeur désormais un peu boudeuse, il soupira d'ennui, puis il se leva de manière nonchalante et suivit l'homme en traînant les pieds. Il espérait surtout qu'il n'allait pas lui ressortir un autre discours comme tout a l'heure, Tatsu ne supportait pas vraiment les paroles à rallonges. Il était tellement las que son sac traînait légèrement sur le sol. C'est alors qu'il écarquilla ses yeux, étonné.

- "Mais... il fait quoi lui ?"

Voilà que l'homme regardait carrément son reflet dans une vitre ! Il suivit donc le grand énergumène, mais il se demandait dans quel pétrin il allait encore se retrouver contre son gré !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Ven 4 Jan - 22:36

L'élève ne semblait apparemment pas motivé à le suivre, pourtant, suivre un surveillant signifiait être exempté de cours, il avait une excuse valable, c'était bien le premier élève qui ne serais pas ravis d'éviter les cours pour passer du temps avec Sendor, après tout, il était tellement grandiose, qui ne voudrait pas passer du temps avec lui. Si Sendor pouvait se dédoubler, il serait son amant, son meilleur ami, son époux, son frère jumeaux, en somme il ne se quitterait jamais, en permanence il profiterais de la perfection émanant de l'autre. Ce serais tellement merveilleux, rester avec lui même, toujours, en tout temps.

Il reporta son attention sur le garçon avachi, traînant les pieds, l'Homonculus secoua la tête négativement, c'était tellement malheureux, vraiment malheureux, il s'approcha du jeune homme et le força a se tenir droit de ses mains, il pris le sac du bout des doigts, quel était donc cette loque, il ne comprenait pas comment on pouvait travailler avec cela, c'était terriblement atroce. Il se décida à expliqué son acte.


«  -Tient toi droit garçon, soit fier de ce que tu es, soit fier d'être en compagnie du merveilleux Sendor. Il te faut toujours avoir un maintient impeccable, est ce compris ? Je vais te trouver un sac en meilleur état. Je suis sur qu'il y en a quelque part. »

Il n'avait absolument aucune idée du lieu où il se trouvait, il n'était pas encore habitué aux couloirs du pensionnat. C'était déplaisant, il n'aimait pas être en état de faiblesse, non, erreur, il n'était pas en état de faiblesse. Il ne pouvait être ainsi. Il soupira puis d'un revers de main il dégagea une mèche de cheveux et laissa apparaître sa boucle d'oreille. Il repris sa marche à travers les couloirs il avançait avouons le purement au hasard, mais cela n'importait pas, il finirait bien par trouver un endroit ou vêtir le cornu convenablement. Soudain, il se rendit compte de quelque chose de terrible, il n'avait répondu à aucune question, quel manque de politesse, oser ignorer un être aussi divin que Sendor, comment osait il, que la peste soit sienne, il ne pouvait ignorer un tel affront.

Que lui avait il demander, à oui, sa corne, ce n'était plus intéressant, il avait demandé autre chose, son visage restait tout aussi strict bien qu'il était plongé dans la réflexion, ses yeux gris fixaient le chemin. Il eu soudain un éclair de génie, il lui avait demandé s'il était seul, c'était vrai, il n'était avec aucun autre camarade. C'était étrange, il était du devoir d'un surveillant, non il était du devoir d'un être supérieur de s’inquiéter du bonheur d'autrui. Il reprit donc, la voix plus posée, calme, un regard glacial en coin sur le cornu, sans pour autant arrêter de marcher.


« - Dis moi, tu ne parlais pas avec d'autre élèves ? Tout va bien ? Cela ne te gêne pas de manquer quelque cours, n'est il pas ? Que dis je, quel enfant préférerais être en cours plutôt qu'en ma compagnie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Sam 5 Jan - 10:11

Il fut légèrement surpris lorsque l'adulte se retourna vers lui et lui força à se tenir droit. Mais c'était quoi ce type ?! Le calme naturel dont il faisait preuve en temps normal s'envola et il commença à être légèrement énervé. Déjà qu'il se faisait trimbaler par quelqu'un qu'il ne connaissait pas et qui ne s'était même pas présenté, alors si en plus il ne cessait de le toucher, cela allait rapidement le sortir de ses gonds. Il aurait pu au pire mordre la main de l'inconnu pendant qu'il tenait la sienne... mais il se ravisa au dernier moment. Cela lui aurait encore valu des heures en retenues pour des broutilles. Déjà que les cours, ce n'était pas sa tasse de thé, alors aller en colle après que les cours soient finis, c'était un véritable calvaire.

Encore une fois l'adulte fit une phrase à rallonge que le dragon ignora à moitié, un peu comme si les mots rentraient pas une oreille et ressortaient par l'autre... déjà qu'il n'écoutait pas les professeurs, alors écouter un être aussi étrange que lui ? Mais peu importe, Tatsu se força à se tenir droit afin que l'inconnu ne le touche plus - et non pour faire plaisir, ce n'était pas dans sa nature - et le suivi. Pendant... un petit moment d'ailleurs... à se demander s'ils étaient perdus. Tatsu observa en silence mais avec une petite mine boudeuse. Il avait l'impression de se faire balader partout comme un vulgaire jouet. C'est alors que l'adulte lui adressa à nouveau quelques paroles... il parlait beaucoup, celui là ! Il ne connaissait pas trop les phrases courtes apparemment. Mais Tatsu fit un gros effort personnel et cette fois-ci, il l'écouta et daigna répondre.

- "Heu... ça me gêne pas."

L'adulte n'avait pas tord à la fin, rester avec lui signifiait avoir une excuse valable pour ne pas aller en cours. C'était donc tout bénéfice pour lui... c'est alors que Tatsu fronça légèrement les sourcils à la dernière phrase de l'homme. Il était vraiment orgueilleux dans son genre.

- "Les cours sont nases..."

Ce fut les seules réponses du dragon. L'individu semblait très imbu de lui même, alors lui attribuer le moindre compliment ou remerciement risquera de renflouer un peu plus son ego. Et la situation pourrait encore plus mal tourner... se faire chouchouter par un adulte ou aller en cours ? C'est alors que Tatsu cligna des yeux, la question ne se posait même pas : les cours c'était vraiment bidon, quand même. Il décida de faire un effort et de paraître à l'aise bien qu'un peu gêné, histoire que le type ne change pas d'avis.

- "Mais vous êtes qui au juste ?"

Puis il regretta amèrement d'avoir posé la question. Il sentait venir un autre flot de parole qui allait l'achever dans son ennui. Il avait juste hâte que l'homme fasse ce qu'il voulait faire... mais les deux garçons déambulaient dans les couloirs depuis un moment. La sonnerie avait même retenti depuis le temps et intérieurement, Tatsu était plutôt content au final.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Sam 5 Jan - 16:41

Quelque chose laissait Sendor perplexe, il parlait, mais le jeune homme ne répondais presque pas, quel était cet attitude, il ne l'écoutait pas, non impossible, c'était inconcevable. On ne pouvait faire autrement que de l'écouter, c'était de la logique pure et simple. La raison de tout être devait ordonner une écoute attentive et divine d'un être supérieur et supérieur il l'était sans aucun doute, il était meilleur que tout être existant, il était quelque chose qui ne devrait exister sur cette terre tant sa simple présence était un drame pour l'équilibre. Il poussait la perfection à son paroxysme, même les dieux devaient l'envier. A quoi pensait il déjà, il avait oublier, non c'était bon, le garçon était discret, peut être l'écoutait il simplement avec une admiration sans borne, oui, c'était probablement cela, cela ne pouvait être que cela, Sendor en était certains.

Finalement, le garçon l'écoutait, il avait répondu à sa pénultième questions, il affirmait donc préférer éviter les cours, Sendor ce demandait comment c'était les cours, la plupart des élèves préférait les éviter, lui n'avait jamais été assez jeune pour y aller. Il était apparut avec ce corps et l'avait conserver durant toute son existence donc les cours étaient pour lui comme une idée lointaine, mais de toute façon, il n'aurait jamais eu besoin de telle chose, son esprit était parfait, comme un diamant brut qui aurait été créer taillé. Après un court temps, l'élève parla à nouveau, ajoutant que les cours n'était que peu intéressant. Sendor répliqua, toujours de cette même voix platonique.


« - Je vois, finalement tu as une langue qui fonctionne. Je commençait à me demander si tu n'étais pas retardé ou muet. J'aurais parier sur le premier. »

Après quelque autre minutes de marches, finalement vinrent les escaliers a ses yeux, Sendor fulminait de n'avoir pu les trouver plus tôt, c'était quelque chose de réellement frustrant, comme ne pouvoir écrire tant qu'on le voudrait ou agir à sa guise en permanence. Enfin bref il avait trouver ses escaliers, il commença à descendre quant il entendit le garçon lui poser une question, il ne s'était donc pas présenter, c'était une erreur impardonnable. Mais en même temps, qui était il pour ne pas le connaître, une légère pointe de vexation traversa l'Homonculus, c'était terriblement néfaste que de ne pas connaître l'être le plus parfait qui soit.

Et puis, qui était il lui même pour demander le nom de quelqu'un sans se présenter au préalable, ses parents ne lui avait pas enseigné la politesse, grand dieu, ce garçon était réellement désespérant au plus haut point, mal fagoté, mal poli, peu loquace réellement quelque chose l'agaçait chez ce petit être. Mais peut importait, une fois en bas des escaliers il s'arrêta et se tourna vers le garçon pour répondre à sa question avec la forme qu'il fallait. Cela signifie qu'il s'était légèrement penché, une main sur le torse.


«  -Tout d'abord jeune homme, il faut se présenter avant de demander. Quant à moi, je suis l'un des surveillant de se pensionnat, Annel Sendor, pour te servir toi et tes petits camarades. Désormais c'est ton tour, présente toi comme il convient. »


Il attendit patiemment que le garçon eu agit pour reprendre le chemin désormais il savait pertinemment ou il allait, c'était clair, il finit par atteindre le bureau des surveillant, il poussa la porte et fit signe au garçon de rentrer, avant de le suivre et de désigner une chaise en déclarant.

«  - Installe toi, je vais te chercher un sac en meilleur état et te faire un chocolat, veux tu un marshmallow dedans ? C'est délicieux, réellement, avec un peu de poudre chocolaté dessus c'est encore meilleur et il me semble qu'il y a un peu de chantilly quelque part. Voudrais tu que je te trouve quelques vêtements convenable qui plus est ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Sam 5 Jan - 22:03

Alors qu'ils étaient encore en train de vagabonder dans les couloirs, Tatsu sortit de ses gonds pendant quelques minutes. Muet... même retardé ?! Si il s'écoutait, le dragon aurait probablement foncé sur le grand dadais en lui plantant sa corne frontale dans les fesses ! Il commençait à regretter un peu d'être là, cet inconnu était quand même bien spécial... et pas du tout le genre de personne qu'il aimerai côtoyer. Bavard, air hautain et orgueilleux, dans sa tête Tatsu s'imaginait plein de situation toutes les plus invraisemblables que les autres pour s'occuper du type, comme par exemple se transformer en dragon et le rôtir comme un vulgaire jambon ! Si les rêves pouvaient être réalités... Tatsu serait dans le meilleur des mondes.

Au bout d'un moment ils descendirent les escaliers et celui qu'il suivait se présenta. Un surveillant, hein... plutôt louche ! Il avait une attitude étrange pour quelqu'un censé être à l'écoute des élèves. Tatsu ne pigeait pas très bien à quoi rimait tout cela ni ce qu'allait lui faire subir ce Annel Sendor. Si ça se trouve, ça allait être pire que les cours, il sentait qu'il n'allait pas tarder à le savoir. Tatsu allait alors lui répondre mais il fut un peu déstabilisé quand il vit où il allait entrer : dans la salle des surveillants.

- "Moi c'est Tatsu... Tatsu Rokugo."

Il hésita à passer le pas de la porte, penchant légèrement la tête en direction du surveillant qui était entré dans la pièce.

- "Heu... je dois rentrer moi aussi ?"

C'est alors que Annel lui répondit. En plus d'ajouter derrière d'autres détails et des questions... Tatsu se demandait comment un individu pouvait autant parler en si peu de temps. Son avis était un peu partagé... il était tout à fait d'accord pour le chocolat évidement ! Lui, il ne prenait jamais son petit déjeuner au self avec les autres, c'était bien trop bruyant et il se faisait souvent embêter... il en voyait déjà assez le midi à l'heure du repas. Bien sûr Tatsu pouvait aussi se mettre en colère comme tout le monde mais étrangement et malgré son comportement il n'avait jamais osé lever la main sur quiconque, même ceux qui leur cherchait vraiment des problèmes. Disons qu'il avait plus de gueule que de courage pour agir en fait. Il hocha la tête avec enthousiasme pour accepter l'offre d'Annel. Mais un des doutes de Tatsu se confirma à son grand désarroi...

- "Des vêtements... convenables ? De quel genre au juste ?"

Il n'eut pour seule réaction que de regarder le surveillant de la tête jusqu'au pieds afin de bien voir ses vêtements. Tatsu espérait vivement qu'il n'allait pas lui faire essayer de genre d'habits... trop carrés pour lui. Une petite idée germa dans l'esprit du dragon : il n'avait qu'a simplement prendre son temps pour boire son chocolat. Non seulement il raterai plein de temps de cours, mais en plus, cela retarderai le moment où Annel allait lui donner de nouveaux vêtements. La mode et l'apparence n'étaient pas vraiment des détails très importants pour lui, il avait plus l'impression qu'il allait jouer le rôle d'une poupée dans peu de temps... ce qui ne le motiva pas vraiment...

Seulement il sentit légèrement l'odeur du chocolat chaud, se qui enleva toutes les mauvaises ondes en lui et il commençait à baver. Il n'avait pas mangé ce matin... il était affamé... et il aimait tellement la nourriture. Du chocoloat, un marshmallow... la chantilly ? Le reste importait peu désormais - même le comportement étrange de Annel ne le dérangerai plus sur l'immédiat - il n'attends rien maintenant sauf pouvoir se remplir un tout petit peu le ventre, bien que ce dernier soit sans fond parfois à voir tout ce que Tatsu pourrait avaler.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Dim 6 Jan - 0:02

Sendor s'occupait tranquillement des deux tasses de chocolats, oui, il aimait les sucreries lui aussi, il fouillait les placards a mesure qu'il préparait les deux tasses, il cherchait des biscuits ou quelque autre choses, il ne savait pas réellement, il se disait que tout ce qui était ici lui revenait de droit, alors qu'il pouvait prendre absolument n'importe quoi, puisque tout lui revenait, il était terriblement fier de cette conclusion, ce qui est à lui, lui appartient, chose logique, ce qui est aux autres lui reviens de part sa supériorité, tout aussi logique. Il finit par trouver des petits pains suédois, il appuya dessus, un peu dur, peu importait, ce serais bon quand même. Il les versa dans un plat, le dépose sur l'unique table de la pièce, juste devant le garçon puis ramena les deux tasses.

Il dut réfléchir encore un instant, comment se nommait il déjà, il venait de lui dire juste avant de rentrer, c'était si déplaisant de se souvenir des prénoms d'autrui, oui, il l'avait, c'était Tatsu, il observa le garçon en s'installant, quelque chose lui disait qu'il n'avait pas énormément d'amis, il sentait ce genre de chose, les gens seul étaient ses proies favorites, plus simple à manipuler, plus à même de vous glorifier, des jouets sans la moindre volonté. Il se rendit compte d'une chose, il avait oublier de quoi bien faire, certes la cuillère était la, mais il ne prendrais cela ainsi. Il repoussa sa chaise doucement sans un bruit et retourna fouiller les placards, il revint avec uniquement pour lui une assiette et des couverts normaux et pour le jeune homme s'il le désirait, la chantilly.

Une fois de nouveau assis il ôta ses gants, doucement, élégamment et les plia avant de les posés sur la table a coté de sa tasse.. Par la suite Sendor observa la physionomie du garçon, ce dernier avait demandé quel genre, il était vrai, il fallait quelque chose qui laisse voir les tatouages, mais qui ne jure pas avec la corne, il pensait avoir ce qu'il fallait, un simple gilet noir, sans manche, sans bouton, trois bout de tissu ensemble comme il aimait parler de ce genre de vêtement, le genre de gilet que portait les nobles en pardessus, mais pour lui, le porter ainsi suffirait largement. Ainsi, il se décida à répondre.


«-Un simple gilet, ouvert, sans manche. Seulement pour te vêtir. Je conçois à admettre que nous ne somme pas comme tout humain voir absolument totalement différent, mais il n'est la de raison valable pour négliger les règles de savoir vivre.»


Il sortit alors le marshmallow a l'aide du dos de la fourchette et de la cuillère. Une fois la sucrerie sortie il la posa dans l'assiette, elle était gorgée de chocolat chaud, de la chantilly la recouvrait. Il glissa la cuillère dans la tasse, en but une gorgée, puis commença à découper une tranche du marshmallow, avant de l'avaler dans un geste des plus élégants, un regard toujours posé sur le garçon. Il se demanda un instant ce qu'il était, une chose lui traversa l'esprit et intérieurement, il éclata de rire. Il imaginait une licorne, tout du moins un mâle sous sa forme humaine c'était hilarant à son goût. Non il était autre chose, mais quoi, il ne savait pas réellement grand chose à propos des créatures qu'il pourrait croiser. Il ne savait rien d'autre que ce qu'il était lui, l'Orgueil, la perfection, un Homonculus, un être créer et enfermer, un être sans but autre que sa propre volonté. Un être qui retourne toujours au tartare.

Un léger silence était présent, il n'aimait pas cela, il était rendu à la moitié de son marshmallow lorsqu'il posa ses couverts a coté de l'assiette sur un petit chiffon qu'il avait mis a cet emplacement au préalable. Il s'essuya la bouche, puis regarda l'horloge, la deuxième heure de cours commencerais bientôt, tant pis. Il avait quelque questions pour se garçon, il se demandait encore pourquoi il était seul dans les couloirs alors que tout les autres étaient en petits troupeaux écœurant. Le faible cherche la compagnie d'autrui. Le fort cherche soit sa domestication, soit son éloignement. Il s’éclaircit la gorge puis reprit, d'une voix extrêmement sérieuse.


«  - J'ai remarqué que tu as par deux fois éludé la question sur ton isolement, réponds moi. Tout va bien ? As tu quelque soucis?Ou est ce simplement un amour de l'isolement ? »

Sendor faisait glisser ses doigts nus sur la table, de gauche à droite, puis de droite à gauche, lentement, sans réel raison, il attendait simplement une réponse, la patiente était rarement son fort, il aimait avoir ce qu'il lui est dut, dans l'instant et pas plus tard, il aimait avoir des réponses tout de suite. C'était naturel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Dim 6 Jan - 10:58

Tatsu écouta le surveillant répondre à sa question mais il ne lui accorda pas beaucoup d'importance. Ce qui l'attirait était la tasse de chocolat que Annel avait apporté et posé sur la table, juste devant lui. Il y avait d'autres trucs à manger en plus du marshmallow : cet homme allait regretter d'avoir mis tout ça devant le dragon, car il était plus que sur qu'il allait tout dévorer sans la moindre once de remord. Contrairement au grand homme, le jeune garçon ne se laissa pas prier et dévora littéralement la sucrerie en un seul morceau tel le goinfre-né qu'il était ! Bien entendu cela ne l'avait pas empêcher de la savourer, bien au contraire, mais ce dragon était tellement affamé qu'il aurait pu manger tout et n'importe quoi.

C'était donc bien silencieux et pour cause, Tatsu avait beau avoir pas mal de défaut, mais il ne parlait pas la bouche pleine ! Il y avait des limites quand même, et puis manger c'est sacré, heureusement que Annel n'avait pas encore fait l'un des ses discours à rallonge dont il avait le secret et la maîtrise parfaite. Cependant au bout d'un moment, ce dernier lui posa une question à laquelle le dragon tarda à répondre. Il n'aimait pas trop ce genre d'interrogation, car en général, cela menait à des suivis ou interrogatoires psychologiques totalement débile - c'est si dur de faire comprendre aux autres qu'il n'aime pas être en groupe et de paraître comme n'importe quel élève lambda ? Il avait sa propre manière de vivre et peu importe si elle plaisait aux adultes ou non. C'est alors que le dragon pris une voix légèrement timide et un peu basse, bien qu'elle resta parfaitement audible. Il voyait le surveillant gigoter ses doigts sur la table, peut être en signe d'impatience, et Tatsu fut légèrement gêné d'un coup.

- "Bah heu... pas vraiment. J'aime bien juste être au calme."

Se sentant un peu plus en confiance, et surtout en ayant le ventre un peu plus rempli, car il grignotait entre autres les petits pains posés sur la table lorsqu'il ne parlait pas, il étoffa sa réponse un tout petit peu.

- "J'aime pas rester avec d'autres gens qui n'ont rien en commun avec moi... c'est juste une autre forme d'hypocrisie que de rester avec des personnes dont on se fiche bien. C'est donc inutile au final, et ça change pas grand chose... j'ai pas à me rabaisser à leur niveau."

Était-ce la nourriture qui le poussait à parler ? Il n'en savait rien mais il se tut cette fois-ci, c'était déjà rare quand il lâchait plus de cinq mots dans une phrases, alors là, c'est un miracle inespéré. Un autre silence pesa donc dans la pièce et il fini de grignoter un autre pain. C'est alors qu'il voulu en prendre un autre, mais il remarqua à son grand regret qu'il avait déjà tout dévoré... et qu'il n'en avait même pas laissé à Annel... bah tant pis ! Il devait bien en avoir d'autres, et c'était le cadet de ses soucis.

Et pour cause... il n'y avait plus rien a engloutir alors qu'il avait prévu de prendre son temps afin de griller le plus d'heures de cours possibles, et de retarder le moment où il allait se faire habiller. C'était assez dommage. Mais il n'avait pas encore fini de boire son chocolat chaud, il en restait un tout petit fond, il allait essayer donc de faire durer un peu, et qui sait, si ça se trouve il n'aurait même pas cours de la matinée ! Ça serait le pied. Malgré tout il ne laissa pas le temps à Annel de répondre à ses dernières réponses et lui posa directement une autre question.

- "Il reste des trucs à manger ?"

Et oui, Tatsu n'avait aucune gêne et parlait comme il pensait... son ventre était loin d'être plein même s'il avait déjà dévoré pas mal de choses. On ne sait jamais, peut être allait-il lui apporter autre chose ? Qui ne tente rien n'a rien après tout.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   Lun 14 Jan - 3:25

Sendor attendait patiemment une réponse digne de ce nom, le garçon était d'un silencieux qui exaspérait l'homonculus, ce dernier ne pouvait pas supporter un tel fonctionnement il jugeait cela d'une insolence incroyable, il désirait obtenir des réponses construites, développés. Et pourtant, ce jeune homme ne lui répondait que par phrase mono-verbales, pendant son attente il observait le garçon, quelque chose lui donna presque la nausée, il mangeait avec une telle gloutonnerie qu'on aurait dit cet autre pêché, désagréable, inutile, sans le moindre intérêt, il trouvait cela tellement dégradant. Enfin, plus il observait le garçon, plus il trouvait sa goinfrerie désobligeante, aucune éducation, aucune élégance, il se gavait comme une oie consentante a son propre massacre. Vraiment c'était d'un déplaisant. Comment pouvait on vivre dans un tel état. Presque totalement débraillé, se gavant comme un bœuf et restant tout aussi vivant et loquace qu'une tombe en granit. Vraiment, Sendor trouvait cela tellement triste qu'il ne pouvait trouver de mot pour nommer son ressentit.

Finalement après s'être goinfré comme il n'en convient nul part, le garçon se décida à répondre, Sendor se sentit déprimé lorsque les mots sortirent de la bouche de l'enfant. Une phrase, courte, simple, certes claire, mais tellement évasive. Vraiment, il ne pouvait tolérer cela, il s’apprêtait à réclamer plus ample explication, quand à la grande surprise de Mr Annel, le fameux Tatsu repris la parole et développa son explication. Il se mit a exprimer une opinion d'hypocrisie, un petit sourire se dessina sur le visage de Sendor, chose rare et généralement cela n'était qu'un signe de son envie de se moquer d'une personne, de la faire tourner en bourrique, d'affirmer sa supériorité. Il attendit, observant le garçon continuer de s'empiffrer, c'était réellement répugnant. Il venait de finir ce qu'il avait pris pour lui et bien heureusement car sinon cela lui aurait coupé l’appétit, il trouvait cela tellement peu élégant. Ce garçon avait il vécu dans une porcherie, avait il subit une lobotomie, non tout cela était réellement trop fou pour être réel, il était juste mal élevé.

Sendor regardait l'heure,il se moquait de ce que ferait le garçon une fois lâché, il ne trouvait presque plus d'intérêt à lui parler désormais, peut être le blâmer quelque peu pour ses propos avant tout, oui, il n'avait apprécié ses dires et il comptait bien lui expliquer pourquoi. Il savait déjà pourquoi le garçon était la, éviter les cours bien sur, il se moquait sûrement du devoir que se faisait Sendor d'aider ce pauvre enfant égaré, il s'en moquait même totalement, puisqu'une nouvelle question tira l'homonculus de sa réflexion, s'il restait a mangé, où se croyait il, au réfectoire, ce qui se trouve ici est pour le plaisir des surveillant et pas d'enfants. Le surveillant se leva, lentement, replaça sa chaise et se mit à débarrasser la table, un petit regard condescendant posé sur l'élève. Tout en accomplissant sa besogne, il se reprit la parole. Froid, glacial et étrangement direct.


«  - Il en reste en effet, mais force est d'avouer que rien de tout cela n'accompliras ta gourmandise et ta goinfrerie. »

Une fois fini son rangement il observa la tasse du garçon, il restait du chocolat dedans, il en déduit donc qu'il voulait encore gagner du temps, les cours lui déplaisant donc tant que cela qu'il préférait rester en compagnie d'une personne avec qui, semble-t-il il ne partageait rien en commun. Il décida de lui en parler, il reprit donc rapidement la parole.

«  - Tu disais plus tôt, que tu n'aimais être avec autrui, car tu trouve cela hypocrite d'être avec une personne que tu n'apprécie que modérément, alors ne trahis tu pas tes propres principes en l'instant. Restant avec moi dans ton seul intérêt, éviter tes cours, te remplir la panse ? N'es tu pas qu'un pitoyable petit hypocrite, envers moi, envers toi même, envers ce que tu te donne comme code de conduite. As tu un code de conduite, tu mange d'une façon tellement dégradante. »

Sendor s'arrêta un instant, une expression dédaigneuse transparaissait sur son visage, l'instant fut court, très court, il reprit la parole presque aussitôt après avoir jeté son regard sur le garçon.

«  - Si les cours t'ennuient tant, pourquoi y aller ? Ici rien ne te force, après tout, plaide ton espèce quelle qu'elle soit pour ne pas y aller. Oh, non, que suis je bête, ce n'est pas pour te rabaisser à leurs niveau, attends, quelqu'un en deçà peut il se rabaisser à un niveau supérieur ? Non, absolument pas. Je devrais te renvoyer en cours, mais fit donc, je me moque de tes actes. Tu peux rester ici jusqu'au repas de midi, je crois que j'ai du travail. »

Sans autre cérémonie, Sendor se dirigea vers une mallette entreposé dans un coin, en sortit de nombreux papier et un crayon. Il se ré-installa sur la table et se mit au travail, sans réellement faire cure des actions du garçon. Mais écoutant tout de même ses réactions, curieux de voir si ses propos avait fait mouche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tranquilité dans les couloirs (Annel Sendor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ça se bouscule dans les couloirs (PV Charlie)
» Bousculade dans les couloirs [LIBRE]
» Une rousse armurée flane dans les couloirs du Louvre
» Quand on flâne dans des couloirs désert ou presque
» Dans les couloirs du MNF
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hoshiyo :: Le pensionnat Hoshiyo :: Le 1er étage : Salles de classes-