Partagez | 
 

 Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Maître Corbeau

Messages : 3
Points : 55
Date d'inscription : 26/01/2013

Feuille perso
Race: Ange noir
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]   Sam 26 Jan - 22:54




« Entre la vie et la mort, il n'y a qu'un pas, entre la tristesse et le bonheur, il y a une route infinie. » - Michel Linh -


Gilberson Drew

Nom : Gilberson
Prénom : Drew
Surnom : Drewie
Age : 18 ans
Sexe : Masculin
Race : Ange noir
Pouvoir : Communique avec les corbeaux



Description physique

Drew est un garçon plutôt grand mais mince. Il semblerait presque fragile avec son teint maladif. On aurait presque peur de lui casser quelque chose si on lui attrapait trop brusquement le bras. Pourtant, ses muscles ne sont pas inexistants. Ils sont simplement discrets de part le manque d'exercice physique qu'à pu rencontrer le jeune homme tout au long de sa vie. De toute manière, il vous sera bien rare de voir sa peau à nue car Drew se cache sous plusieurs épaisseurs de vêtements bien épais pour ne pas tomber malade. Il est constamment vêtu d'une chemise et d'un foulard blanc ainsi que d'une longue et lourde veste noire agrémenter de multiples décorations argentés qu'il peut fermer jusqu'en dessous de son menton. Sur sa tête, il porte parfois un chapeau noir lui aussi. Un pantalon de cette même couleur assortis à ses bottines fait bien souvent l'affaire. Ses mains sont elles aussi protéger par des gants blanc aux liserais dorés. Il ne sera pas rare de le voir entrain de fumer une cigarette car oui, malgré son état, cela ne l'empêche pas de se pourrir encore plus la santé. Drew ne peut pas faire énormément d'efforts, il est constamment armé d'un revolver à sa cuisse en cas d'urgence. Après tout, il vit de manière risqué ou plutôt il survit.

Tout n'est que contraste chez Drew. Ses cheveux de jais sont légèrement ondulés et font ressortir sa pâleur. Ses yeux, quant à eux, sont hors du commun et leur pigment or ne peut que le faire remarquer. A son oreille gauche, Drew porte également un bijoux, une bague d'oreille. Ses traits son fins et subtiles, un vrai visage d'ange si j'oserais dire. En parlant de ça, comme tout ange qui se respecte, Drew possède une belle paire d'ailes, leurs plumes sont noires corbeau et encore duveteuse par endroit montrant par ce biais sa jeunesse d'âme. Lorsque le soleil vient lécher son plumage, il laisse apparaitre un magnifique reflet bleuté. Drew a de quoi être fier de ses ailes, malheureusement il se trouve souvent forcé à les cacher et cela lui demande beaucoup d'efforts et de concentration. Lorsque Drew est faible, il ne peut alors plus cacher ses ailes et se trouve démunis, risquant de se faire démasquer. Ceci est un lourd fardeau pour un jeune garçon à la santé fragile comme lui. Sur sa poitrine se cache une cicatrice, trace de la faiblesse de son cœur et d'une opération qu'il eut dans le passé.



Description mentale

Drew est un ange et par définition, il a un bon fond. Son éducation aillant été faites dans les règles de l'art, il est bien élevé et courtois. Généreux et surtout loyal, il n'est pas du genre à retourner sa veste facilement. Il est extrêmement sensible et de ce fait, il a peur d'aller vair les autres, il a peur d'être blessé. Il est timide et reste bien souvent dans son coin. Jusqu'à maintenant les corbeaux furent ses seuls amis, sa maladie étant un frein à ses relations sociales. Cependant, si l'on parvient à se lier d'amitié avec lui après avoir franchis sa peur maladive, il vous sera fidèle jusqu'à la fin. Il est un peu naïf et connais mal le monde qui l'entoure. Drew s'enthousiasme pour un rien. Il ne lui ai pas difficile de décrocher un sourire. C'est une personne des plus agréable si on le caresse dans le bon sens du poil.

Par contre, si vous lui chercher des poux, il a tendance à partir au quart de tour. Il ne se gênera pas à faire appel à la violence et ce malgré le fait qu'il ne soit pas très doué pour ça. Étant un grand protecteur par nature, il se battra jusqu'à être à bout de force si vous attaquez à une personne qui lui est chère. Il a une grande volonté de vivre et il profite à fond de la vie. Il vit bien souvent au jour le jour, étant condamné à mourir jeune. Drew est névrosé, il a de grandes phobies parfois assez étonnantes comme les chats ou bien les objets tranchants ou pointus, tout ce qui est couteau, ciseaux, piqures et autres lames lui donne une peur panique. Dépressif, il lui est facile de broyer du noir dès qu'il se retrouve tout seul. Il réfléchit beaucoup trop, tellement que parfois cela lui déclenche des crises. C'est un grand garçon en manque d'amour maternel, il n'est pas très tactile et éprouve même beaucoup de pudeur quand il s'agit de prendre quelqu'un dans ses bras ou autre contact humain. Rêveur, il semble souvent perdu dans ses pensées. Maladroit, il lui arrive souvent de faire des gaffes, il est débutant en relations sociales. En résumé, il est très attachant et combattif mais sa santé fragile lui fais défaut. Sa stabilité repose sur si peu de chose que tout peut basculer en l'espace d'un instant. C'est un véritable ange gardien avec un grand cœur, un cœur malade à ne surtout pas briser.


Histoire

- 5 Décembre -

La neige tombait à gros flocon dehors, il était 4h du matin. Dans une grande demeure, une lumière éclairait encore l'obscurité froide de la nuit. Les cris d'une femme brisait le silence. Dans l'enceinte, on s'agitait. La servante apporta du linge propre tout en demandant à son maître désemparé de sortir avec fermeté. L'homme faisait les cent pas derrière la porte, inquiet. C'était un homme de grande allure, grand, fort, avec de magnifiques cheveux noirs et lisses ainsi que des yeux d'un violet profond, il se nommait Elliot, Elliot Gilberson. Il tourna sans cesse, se grilla 3 ou quatre cigarettes. Entendant sa femme dont le travail avait commencé supplier, il fronça les sourcils se sentant impuissant. La servante vint alors donner des nouvelles au futur papa, fermant la porte derrière elle :

- Monsieur dit-elle en s'inclinant Je crains que ça ne se présente mal...
- Comment ça ! Expliquez-vous ! C'est le bébé ?
- Non monsieur c'est votre femme, elle perds beaucoup de sang.
- Bon sang...

L'homme mit un coup de poing dans le mur par rage. Cette foutu neige bloquait tout trafic, le médecin était surement bloqué lui aussi. Que pouvait-il bien faire. Le regard remplit d'angoisse, il ordonna à sa servante de retourner auprès de sa femme. Puis l'homme s'approcha de la fenêtre en soupirant. Il guetta l'arrivée du médecin tout en espérant se réveiller de cet enfer. Il se mit à prier, à implorer le seigneur d'épargner la vie de sa compagne. Qu'allait-il faire si elle n'y survivait pas ? Qu'adviendrait-il de l'enfant sans mère à ses côtés ? Il se mit à crier, le regard tourner vers les cieux :

- Vous ne pouvez pas me faire ça !

Les larmes lui montait aux yeux quand il aperçu en bas de chez lui, la camionnette des secours se garer, gyrophares en marche. Deux hommes en blanc en sortirent en courant avec des sac à dos. Le maître des lieux se précipita afin de leur indiquer la direction de la chambre. Ils entrèrent et lui demandèrent de rester en dehors de tout ça. La servante sortit alors elle aussi. Ses mains étaient couvertes de sang, L'homme était chamboulé par cette vision. Il s'assit un instant, écoutant d'une oreille attentive les bruit à travers la cloison. Il n'entendait plus sa femme, ni même de bébé pleurer... Les ambulanciers s'agitèrent, il pouvaient entendre le défibrillateur se charger, le choc retentit. Anéantis, il commençait à penser les avoir perdu tout les deux quand soudain, il entendit le cri déchirant de l'enfant parmi l'agitation. Une once d'espoir parmi les flammes de cette enfer, une bougie dans l'obscurité qui s'emparait de lui. La porte s'ouvrit enfin et un des ambulancier sortit tout en refermant derrière lui. Elliot se leva alors, les yeux humides et les dents serrés attendant la chute du couperet sur ses épaules :

- Mr Gilberson... Je suis désolé. Nous n'avons pu sauver votre femme.


Ces mots avait un goût amer. Comme un poison qui remplit son cœur de rage. Il ne pu garder la face et laissa couler ses larmes le long de ses joues tout en se cachant comme il le pouvait. Une main compatissante vint se poser sur son épaule. Il n'avait pas la force pour faire face à ça. L'homme reprit alors :

- Je sais que c'est dur mais... je vais vous demander de me suivre, on doit emmener votre fils à l’hôpital de toute urgence, il peut encore être sauver.

C'était donc un garçon. Elliot hocha faiblement la tête et jeta un coup d’œil à l'enfant qu'il eut à peine le temps d'entrevoir. Tout alla très vite ce jour là. Son fils fut hospitaliser en réanimation et resta sous surveillance médicale pendant plusieurs jours. Elliot ne pu le voir. Il était retourné, dévasté. Il du organiser les obsèques de sa défunte épouse et comme si le destin s'acharnait sur lui, on lui annonça que son fils, nouveau-né souffrait de déficience cardiaque. L'homme le prit plutôt bien étant donné les événements qu'il venait de traverser en quelques jours. Il pu enfin le tenir dans ses bras. Ce petit être, si fragile qui avait de la peine à respirer. Ce petit ange avec ses ailes rachitiques .... Oui Elliot était lui aussi un ange et heureusement pour lui tout ceux qui s'occupèrent de cet accouchement faisait partie de son clan. Tous des anges noires évidemment qui compatirent à sa douleur.

C'est en père célibataire qu'il entama sa nouvelle vie avec Drew. C'est ainsi que sa mère voulait l'appeler et il lui ressemblait énormément. Les mêmes yeux, les mêmes cheveux bouclés. Elliot ne pouvait que voir sa femme à travers cet enfant, cet enfant qui était le sien et qu'il protégea comme pour se rattraper de ne pas avoir pu la sauver. Drew grandit dans une grandes maisons située proche de la ville. Ils s'étaient implantés au Japon là où son père travaillait depuis quelques années pour son entreprise. Il fut déscolarisé et suivit ses cours à la maison. Un professeur particulier venait lui enseigner à domicile les matières générales et également les ficelles plus spécifiques des anges. Son père était très occupé par son travail et ne trouvait pas forcément le temps de lui apprendre à camoufler ses ailes ou contrôler ses pouvoirs. A chaque fois qu'il rentrait du travail, Elliot et Drew prenait tout de même le temps de se retrouver. Drew passait de longues minutes à fixer l'horloge en trépignant d'impatience. Dès qu'il entendait la porte se clencher, il se jetait dans cette direction à toutes jambes en s'écriant "PAPAAAAAAAAAAAA". Son père l'attrapait alors et le portait afin de le serrer fort contre lui. C'était le même rituel tout les soir. Drew adorait ce moment. Son père prenait toujours le soin de savoir comment s'était passé sa journée :

- Alors ? Qu'as tu appris aujourd'hui ? Tu as bien pris tes médicament.
- Oui... Eh beh ! Aujoud'hui j'ai fais du coloriage, j'ai-j'ai euh... j'ai parler avec Edmond ! Et pis... j'ai fais un gateau au chocolat ! hahaha !
- Ed-edmond ? C'est qui ça ?
- C'est mon nouveau copain !

Tout joyeux, Drew sourit à son père qui le reposa. Visiblement en colère, Elliot se précipita en toucher deux mots au professeur charger de l'éducation du petit angelot. Drew entendit son père s'écrier :

- Je croyais vous avoir interdit de le laisser sortir !!!
- J'suis pas sortis... Edmond c'est lui dit-il en pointant la fenêtre.

Son père fut bien surpris en voyant un corbeau sur le bord de la fenêtre. Il ne compris pas sur le moment mais le petit Drew était simplement entrain de découvrir ses facultés. La sienne était de pouvoir converser avec ces oiseaux. Ceci toucha Elliot au plus profond de son cœur. Il n'avait pas eu le temps de le voir grandir, il était déjà entrain de découvrir ses pouvoirs. Drew se tortilla comme s'il avait fait une bêtise. Voir son papa se mettre en colère parce qu'il avait parler à Edmond le rendait triste. Il ne voulait pas que son professeur se fasse gronder à cause de lui. Son père vint bientôt s'excuser auprès de Drew pour ça réaction injustifiée. Il lui autorisa à discuter avec Edmond autant de fois qu'il le voudrait. Après tout, enfermé dans cette maison, les corbeaux étaient ses seuls vrais amis. Il s'amusait à leur donner à manger et à les regarder tournoyer au dessus de chez lui. Il les enviait. Ils étaient si libre. Il voulait voler lui aussi mais il ne savait pas encore comment faire.

Ce ne fut que quelques années après que son professeur l'emmena sur le toit de la demeure. Drew avait alors 8 ans et ses ailes étaient enfin assez fortes pour le porter. Lors de cette leçon, son professeur le poussa du toit. Drew se rappellera toute sa vie le moment critique où il tomba en pic du toit et s'envola enfin à 2 mètres du sol en s'écriant "J'ai réussit !". Il se rappellera aussi comment il est tomber dans les pommes en plein vol par la suite à cause de son cœur et qu'il chuta dans le lac de la propriété. Son père était un grand pianiste et Drew commença à apprendre à jouer quand ils trouvèrent le temps de se retrouver. Il était vraiment heureux de partager un peu de temps avec son papa. Mais tout ne fut pas rose.

Il se souvint aussi d'un jour, le jour où il commença à fumer. Cela faisait déjà quelques semaines que Drew ne voyait que des médecins. Son état était critique. Il avait de nombreuses crises. Il n'en pouvait plus. Il avait 16 ans. En rentrant de sa consultations, son professeur lui demanda d'aller se reposer dans sa chambre. Drew bougonna alors, attiser par sa soif d'apprendre. Il passa par le salon où il vit un paquet de cigarette entamé qu'avait laissé son père sur la table. Il s'empara de celui-ci et du briquet puis s'enferma dans sa chambre. La bas, il prit un cylindre entre ses doigts et l'observa tout d'abord longuement, conscient de la bêtise qu'il s’apprêtait à faire. Persuadé que de toute façon il n'avait vraiment plus rien à perdre, il embrasa la cigarette et tira dessus manquant de s'étouffer. Il tenta de masquer l'odeur avec un peu de parfum et jeta le mégot par la fenêtre. Plusieurs jours de suite, il ne se fit pas prendre. Cependant, le jour d'après sa petite fumette déclencha une crise et il suffoqua. Il tomba au sol inanimé et sa cigarette mit feu au tapis. Le professeur alerté par le bruit qu'avait fait Drew en chutant sur le sol vint voir si tout allait bien et il s'affola lorsqu'il s’aperçut que Drew ne répondait pas et s'était enfermé dans sa chambre. Il appela des secours et c'est finalement son père qui vint sortir Drew de la chambre en passant par la fenêtre. A son réveil, Drew était à l’hôpital et la première chose qu'il vu fut le visage dur de son père et la gifle qu'il se prit. Son père se mit alors à lui crier dessus à plein poumon :

- Mais qu'est ce qui t'es passé par la tête ! Tu es DEBILE ou quoi ! Ca te suffit pas d'être mourant ! Dit le tout de suite si tu veux mettre fin à tes jours !
- papa...

Ce mot coupa net l'argumentation du père envers son fils et il fut troublé lorsqu'il vit que Drew était entrain de pleurer à chaudes larmes. Le jeune ange s'était fait peur, ça oui et il était terrifié. Transit de peur à l'idée d'y rester, tétanisé par sa situation et par l'inquiétude de son père. Il était entrain de mourir. C'était un fait. C'était inévitable. Tout le monde part un jour mais est ce que ça devait l'empêcher de vivre ? Drew prit alors la parole entre deux hoquets :

- Pa' ... je veux plus de cette vie là. J'en ai marre de rester cloitrer ! POURQUOI je dois rester enfermé ! Pourquoi tu m'empêches de vivre !

Le regard haineux de Drew croisa celui de son père qui fut dérouté. Son père venait de se rendre compte que tout ça était de sa faute. Que c'était parce qu'il avait trop voulu le protéger, qu'il avait trop voulu lui mettre de barrière que Drew était alors entrain de le haïr à cet instant, qu'il avait fait cette bêtise à en risquer sa vie. Le jeune ange était en pleine crise d'adolescence c'était évident mais il n'y avait pas que ça. Il rétorqua alors :

- Je veux simplement te protéger tu sais... mais tu as raison j'en ai peut-être fais un peu trop. Il est peut-être temps que je te laisse voler de tes propres ailes.

Suite à cette petite discussion et une fois qu'ils furent de retour à la maison, il régna entre deux comme un froid. Quelque chose avait été brisé. Le lendemain, son père partit au travail et le professeur ne vint pas pour le surveiller. Il laissa Drew seul. Le jeune ange se sentit d'abord très mal. Il était tout seul pour la première fois de sa vie. Une sorte d'angoisse s'empara de lui. Il se calma finalement après la première heure passer à rien faire. Il finit par décider de sortir. Il avait camouflé ses ailes afin de se camoufler et de pouvoir se mêler aux humains car si devant les amis de la famille il pouvait rester lui même, il savait que dehors il ne pouvait pas se montrer tel qu'il était. Pour la première fois il pu observer le monde de plus près et ceci tout les jours qui suivirent. Il passait ses journées à trainer et délaissa complétement ses études. Cependant son père ne dit rien. Il le laissa faire. Afin qu'il apprenne la vie par lui même, à trop le couver il en avait fait un petit qui se croyait intouchable.

C'est ainsi que Drew fit l'expérience de la vraie vie. Il flânait dans les rues de la ville à la recherche d'un truc sensas' à faire ou à observer quand il se heurta à un jeune garçon un peu plus âgé que lui. Il s'empressa de s'excuser quand celui-ci l'empoigna par le col en le menaçant de le cogner :

- Dis donc ! Pour qui tu te prends merdeux !


Drew se protégea le visage comme par réflexe en couinant "rien rien, pardon, j'ai pas fais exprès". La bande qui l'avait visiblement pris en grippe s'amusèrent à lui passer un tabac en voyant qu'il était craintif. C'est quand ils eurent finis que Drew à bout de force et dans une plainte échappa avec le sourire aux lèvres :

- Vous allez le regretter...

La petite troupes d'humains lui rièrent au nez se demandant ce qu'un gamin comme lui rampant à terre pourrait bien leur faire. Les forces de Drew n'étant plus suffisante pour que le charme qui camouflait ses ailes fasse effet, ses deux ailes se dévoilèrent sous les yeux ébahit des jeunes face à lui qui s'exclamèrent :

- Hé regardez ! Il a des ailes de piaf ! T'es quoi toi au juste ? Un monstre !?

On pouvait lire la peur dans les yeux des petits humains et d'autant plus lorsqu'ils comprirent qu'ils étaient encerclés par une nuée de corbeaux. Ils longèrent le mur de la ruelle avant de s'enfuir en courant poursuivit par les oiseaux au plumage noir. Drew quant à lui était bien trop faible, il perdit connaissance. Ce n'est que la nuit tombée qu'il pu rentrer chez lui sans savoir si quelqu'un d'autre l'avait vu. En rentrant, son père qui était entrain de s'impatienter se rua vers la porte :

- Drew tu es en...

Constatant qu'il était couvert de blessures et d'hématomes, son père s’arrêta de parler et l'observa un instant. Il voulu lui caresser la joue et Drew repoussa sa main en serrant les dents. Blessé dans son égo, le jeune ange ne voulu même pas le regarder dans les yeux. Son père tenta de le questionner afin de savoir si quelqu'un l'avait vu sous sa vraie forme mais Drew se défila pour courir se réfugier dans sa chambre. L'ange avait maintenant 18 ans mais il n'était encore qu'un enfant ignorant et il ne se rendait pas compte des répercussions que pourrait avoir sa promenade d'aujourd'hui sur leur vie à tout les deux. Dans la nuit, on frappa à leur porte. Le père de Drew ouvrit et il eut la mauvaise surprise de voir deux anges blancs à sa porte. Ils se dirent chargé d'emmener Drew. Son père brandit alors son épée en s'écriant :

- Je ne vous laisserais pas faire ! Sortez immédiatement de chez moi !

Drew se précipita dans le salon pour aider son père "Papa!" s'écria-t-il en voyant le spectacle. Les deux anges blancs devant lui semblait n'exprimer aucune émotion. Drew prit de peur, n'osait plus bouger. Son père commença à se battre contre les deux intrus. Seul contre ces deux exécutants, il fut blessé. Drew se retrouva à la merci de ces ennemis et fut maîtrisé. Son père eut beau supplier et implorer, les deux anges blancs immaculés l'ignorèrent. Ils lui expliquèrent qu'ils ne pouvaient pas laissé passer ce qui c'était passé. Qu'en étant vu, il avait rompu l'une des règles du pacte de non-agression signé entre anges blancs et noirs et qu'ils avaient reçu l'autorisation de régler le problème. Pour Drew, c'était la fin. Il était persuadé qu'il allait mourir, là, devant les yeux de son père. Les deux exécutants l'obligèrent à courber l'échine et apprêtèrent à porter le coup de grâce lorsque quelqu'un intervint en coupant le courant. Drew entendit que l'on s'agitait autour de lui puis quelqu'un le porta en dehors de la maison. Lorsqu'il fut dehors, l'homme qui le portait s'envola avec lui afin de s'éloigner du danger. Une fois qu'ils furent hors de danger, son sauveur se dévoila enfin, c'était son professeur. Il lui dit :

- Tu as été imprudent Drew. Heureusement que ton père m'a mis au courant de l'incident. Il avait peur que ça arrive et je dois dire qu'Elliot avait bien flairer les ennuis.
- Mais... où vous m'emmener ?
- Au refuge. Il n'y a que là bas que tu seras en sécurité. On aurait du t'y emmener plus tôt ça aurait éviter bien des problèmes... mais ton père avait insister.
- C'est quoi ce refuge ? Et que va-t-il arriver à papa ?
- Ne t'inquiète pas pour ton père il s'est sortis de situation plus difficile. C'est un refuge pour les gens comme nous, tu verras, tu seras bien mieux la bas.

Drew jeta un dernier coup d’œil en arrière, le regard attristé et le cœur serré. Il n'avait pas d'autre choix. A cause de son dévoilement, il ne pouvait de toute manière plus vivre dans cette ville. Sa nouvelle vie l'effrayait, il ne connaissait rien de ce refuge, il ne connaissait rien de la vie loin de son père... Il avait peur. Il voulait rentrer chez lui mais ceci lui était impossible. C'est ainsi que Drew se rendit à la pension d'Hoshiyo afin de fuir les problèmes qu'il avait causé derrière lui.



Test RP

L'obscurité était plus épaisse que jamais. Bien que Drew avait les yeux grands ouverts, il lui était impossible de voir ne serais-ce que le bout de son nez. Une nuit sans lune, couverte de nuages, un froid glacial. Bercé par le bruit répétitif des ailes de son professeur qui fouettait l'air, il s'assoupit un instant. Beaucoup trop de question assaillaient son esprit, Drew était fatigué. A peine eut-il le temps de sombrer dans le pays des songes qu'il fut ramener à la réalité. Son protecteur plongea en piquet, ils allaient visiblement atterir. La brise sur sa peau était si froide qu'il se crispa de tout ses membres. Les cheveux volant en bataille face à la vitesse, le jeune garçon n'y voyait pas mieux. Il lui semblait discerné un sentier de foret. Son tuteur ralentit enfin, le posant délicatement sur le sol. Dans une légère acrobatie, celui-ci toucha également pied à terre avant de dire d'une voix monocorde :

- Je ne vais pas plus loin.


Drew le regarda avec de grands yeux plein d'incompréhension. Il ne savait pas où il était, ni où il devait aller de plus, il n'y voyait rien. Comment allait-il pouvoir s'y rendre. Il rétorqua :

- Vous n'allez pas me laisser là tout seul. Je sais même pas où je dois aller, il fait nuit noire !

Le jeune homme se surpris à élever la voix à l'encontre de son professeur. Il perdait son calme. Cette journée avait été éprouvante pour ses nerfs. Son interlocuteur épousseta un peu ses vêtements puis observa tout autour de lui. Il semblait essayer de se repérer. Drew commençait à se demander s'il savait au moins lui même où se trouvait ce soit disant refuge ou bien même s'il existait vraiment. Peut-être que tout ceci n'était qu'une ruse pour le perdre comme le Petit Poucet. Son vis à vis s'approcha de lui et vint poser une main compatissante sur son épaule avant de lui dire de manière paternelle :

- Ne t'en fais pas petit. Tout ira bien. Tu vois ce sentier ? Tu n'auras qu'à le suivre une fois que les premiers rayons du soleil perceront. Le refuge se trouve tout au bout.

Drew resta léthargique. Il entendait ce que son professeur lui disait mais c'était comme si les informations le survolait sans rentrer. Il acquiesça de manière automatique. Tel un zombi, il ne semblait pas réagir. Il fixait ce sentier à peine visible à ses yeux et il ne voyait rien au bout qu'une immensité noire. Il n'avait en lui aucune once d'espoir. Drew se demandait comment il allait pouvoir trouver cet endroit et s'il y avait là bas de vrais solutions à ses problèmes. Son enseignant lui dit alors au revoir et ouvrit grands ses ailes. La bourasque de leurs déploiement tira le petit ange perdu de son état de sommeil mais sans qu'il ne pu dire ouf, l'oiseau s'envola vers les cieux. Drew se mit alors à crier et à implorer, seul, au milieu de cette immense forêt :

- Attends ! Ne me laisse pas !

Mais rien n'y fit. Il était bel et bien partit et il allait falloir maintenant qu'il se débrouille seul. Drew ne s'était jamais sentit aussi mal. Il avait peur et chaque forme à peine discernable qui l'entourait se transformait peu à peu en griffes et en crocs acérés. Prit d'angoisse, Drew trouva refuge au creux d'un arbre où il se recroquevilla du mieux qu'il pu tout en fermant les yeux. Il grelotta et se mit à sangloter. Terrifié par ce monde inconnu et sombre qui l'entourait, Drew trouva le réconfort en chantant une comptine à faible voix afin de se consoler. Il n'était qu'un gamin, prit de peur par ce qu'il prenait pour un abandon. On pouvait entendre entre le bruit des feuilles qui frissonnait sous le vent sa frêle voix brisée de sanglots :

- Twinkle twinkle little star ... How i wonder ... what you are...


Comme une petit papillon de nuit recherchant désespérément la lumière, Drew n'espérait qu'une chose, que le soleil perce bientôt cette obscurité oppressante, faisant ainsi disparaitre monstres et autres illusions déplaisantes de son esprit. Sans trop tarder son souhait fut exhaussé. A l'horizon, les rayons du soleil commençait à éclairer le ciel nuageux et Drew pu commencer à discerner le fameux sentier que son professeur lui avait indiqué. C'est avec seulement ce qu'il portait sur le dos que Drew se dirigea en direction du refuge en essuyant d'un revers de manche les résidus de perles salées qui c'était logées sur ses joues. En chemin, un compagnon vint l’accoster. A ses côtés vint planer un corbeau qui lui croassa aux oreilles :

- Allons bon ! Les jeunes hommes ne pleurent pas !

- Je ne pleurais pas ! rétorqua Drew rougissant
- Beh voyons... on ne me la fais pas à moi. Qu'est ce qui t’arrive tu es perdu ?
- Cela ne te regarde pas !
- Bon bon très bien puisque tu le prends comme ça...

Le corbeau commença à s'éloigner et à s'enfoncer dans la forêt quand Drew réalisa qu'il l'avait blessé par ses propos et qu'il s'en allait, il l'interpella alors d'un ton vif :

- Attends ! Excuse moi ! Je... je... suis désolé.
- Mh dit le corbeau en stoppant sa course
- Est ce que tu pourrais m'aider ? Je cherche un refuge...
- Tu veux certainement parler de la pension... Oui, je sais où elle est. Tu n'as qu'à me suivre si tu y arrives.

Son camarade au plumage noir fila alors à tire d'aile aux abords du sentier et Drew s'empressa de s'envoler à son tour pour s'engager dans une course poursuite sportive. L'oiseau ne blaguait pas. Il ne l'attendait pas pour deux sous. Drew du slalomer entre les sapins se mangeant un buisson de temps à autre par mauvais calculs mais il finit par arriver à destination. C'est épuisé et à bout de souffle que l'ange se laissa tomber sur le sol, les cheveux en bataille, des feuilles s'étant logées par endroit et les vêtements poussiéreux. Face à lui, un escalier et au sommet, deux grandes portes massives en bois. Il était visiblement devant cette pension, ce refuge ou il ne savait trop quoi d'autre. Il remercia alors son ami tout en prenant le temps de calmer le rythme effréné de sa respiration :

- Merci... Merci beaucoup.

L'oiseau le salua et s'en retourna dans la forêt. Une fois rétablit, Drew épousseta ses vêtements et se recoiffa un temps soit peu afin d'être présentable et commença à gravir une à une les marches qui le séparait de sa nouvelle vie. Tout en haut, derrière ses portes l'attendait un tout autre monde, quelque chose de jamais vu pour notre malade. Peut-être allait-il effectivement avoir une vie meilleure en ces lieux... Seul l'avenir nous le dira.





Aime/Aime pas

Aime :
- Fumer
- Lire
- Rêvasser
- Voler
- La musique
- Les corbeaux
- Cuisiner

Aime pas :
- Les chats (ou tout ce qui s'en rapproche)
- Les objets tranchants et pointus (couteau/piqûres)
- Les hôpitaux et les médecins
- Les anges blancs/ les démons
- Les cimetières
- La pluie



Les corbeaux sont mes amis :3 !
J'aime le chocolat ! et euh... je vole ?
Ah et j'aime les hommes mais c'est un secret alors *chut*


Caractéristiques
Qui es-tu ?

Prénom/Surnom : ~ Meow ~ ?
Âge : 22 ans
Sexe: Féminin
Comment as-tu connu le forum ? 8D Mystère
Depuis combien de temps tu rp ? Longtemps
Tu as des idées à nous soumettre ? Nop...
Tu veux un rang ? lequel ? Maître Corbeau
Tu as lu le règlement ? Sang D'or (muhahahahaha.)




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Maître Corbeau

Messages : 3
Points : 55
Date d'inscription : 26/01/2013

Feuille perso
Race: Ange noir
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]   Mar 29 Jan - 14:22

Terminé ! J'espère que ça ira :3 !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]   Mer 30 Jan - 18:03

It's alright ^.^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin

Messages : 137
Points : 206
Date d'inscription : 30/12/2012

Feuille perso
Race: Cronos : Esprit du temps
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]   Mer 30 Jan - 23:00

Validé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hoshiyo.superforum.fr

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Drew Gilberson : Maître corbeau sur son arbre perché [Terminé !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sur un arbre perché
» Sur un Arbre Perché [Misao]
» Drew B. Owen | Tu viens m'écouter jouer ? [Terminée]
» Maître chanteur sur un arbre perché... [Topic Clos]
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hoshiyo :: Au commencement ... :: Présentation des personnages :: Fiches validées-