Partagez | 
 

 Orgueil et préjugés. [Annel Sendor.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Miaou '-'

Messages : 38
Points : 105
Date d'inscription : 02/01/2013
Localisation : Nope

Feuille perso
Race: Homonculus (Orgueil.)
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Orgueil et préjugés. [Annel Sendor.]   Jeu 3 Jan - 15:28




Si vous lisez cela vous m'êtes inférieurs. Si non vous êtes inférieurs à ceux qui l'ont lu.


fiche de Annel Sendor

Nom : Annel
Prénom :Sendor
Age :Apparence 21 ans réellement il est difficile de savoir son âge puisque sa vie est entrecoupé de stase.
Sexe : ♂ Masculin ♂
Race : Homonculus (Orgueil.)



Description physique

Un bel homme, strict, fier, noble et princier, un être enjôleur dont on ne peut se détacher, comme prisonnier d'une force attractive sans limite, un être donc le simple regard suffit à vous faire plier face à lui, un être qui se sait grandiose, qui se voit divin, un être qui réclame ce qu'il lui pense être du, un être à la fierté plus solide que l'acier ou que adamantine même. Il se lit sur ce visage blême, sur ce visage fin. Allongé, en ovale, cerclé d'une coupe bleuté, des cheveux lisses qui dissimulent à la perfection son front et d'un nez, oui un nez si fin qu'on le croirait à peine capable de pouvoir supporter ces lunettes elles aussi ovales, tout aussi ovales que ce visage. Mais ce visage, oui, ce visage qui semble si détaillé est en réalité si fermé, ses yeux gris, sans émotions, ou ses lèvres pincées, rien ne laisse transparaître un semblant de pitié, de bonté, et pourtant, loin d'un être glacial, des détails de son physique laisse percevoir un fond de douceur. Généralement vêtue de couleur douce, du bleue clair au simple blanc le plus pur qui soit. Cet homme n'est pas réellement grand, il ne fait qu'un mètre soixante quinze, cependant, son allure, fière, haute et maintenue laisse cette impression de grandeur, ce maintient qui est le sien marque les gens et les rabaisse, comme s'il n'était que des fourmis en sa présence.

Ses vêtements, eux aussi dans la coupe s'avèrent être strict, ils sont généralement très militaire ou ce sont de simple costumes. Des vêtements digne d'un maître. Un chef, sans la moindre faille, voilà ce qui émane de lui, quelqu'un en qui on peut avoir confiance, une force certaines, de l'assurance, tout cela se traduit par ses vêtements, ses tenues nobliotes, ses affaires tellement princières. Oui tout cela en lui donne une étrange impression de charisme, sa si stricte allure font qu'on croit en lui, qu'on le suit, qu'on écoute ses propos.

Oui ces propos incroyables tantôt qui semble diabolique tantôt angélique, mais qui ne servent que son intérêt, en effet, chacun de ses mots montre sa volonté d'affirmer sa supériorité et chacun de ses mots est prononcé d'une voix au timbre implacable. Une voix forte, qui apaise pourtant l'esprit, une voix directive a qui on a l'impression que l'on pourrait donner sa vie sans la moindre hésitation. Cette voix est telle qu'elle semble pouvoir vous faire avaler les pires couleuvres du monde. Cette voix est pourtant porteuse de nombreuse vérité, mais surtout des vérités de Sendor lui même.

Mais changeons totalement de sujets, reparlons de petits détails sans importance, comme ses gants, blanc ou pourpre, noir ou brun, ces quatre paires dont l'une est toujours accrochés à ses mains, ces simples gants de cuir teint dont il n'arrive à se séparer. Il aime ses gants à outrance tout comme il aime cette petite croix d'argent, pas plus grande que l'index du garçon, un rubis incrusté à l'intersection des branches. Et cette étrange croix qu'il a trouvé on ne sait ou il la garde accroché à son oreille gauche, il ne l’ôte que pour dormir et encore. Quant il dort.

Ainsi nous avons vu le portrait d'un homme fier, sur de lui, emplie d'une beauté stricte et d'une capacité a faire pêché un prêtre. Nous avons vu un homme dont les tenues démontres une singularité telle qu'elle forme un étrange contraste entre dureté et douceur. Nous avons vu une ombre d’orgueil et de force sans limite.



Description mentale

Ne parlons pas de suite de son réel problème, non, éludons le pour l'instant, tout du moins à mesure du possible, parlons du reste de cet être complexe. Oui oublions cet orgueil dévorant, cette prétention sans limite. Oublions que chacun de ses êtres ne possède qu'une seule et unique motivation lui même,ne parlons pas de son désir de se montrer supérieur aux yeux de tout être. Nous ne parlerons de cela qu'en point final.

Tout d'abord, parlons de sa psyché direct, il s'avère être extrêmement bavard et prolixe, il n'hésitera pas à beaucoup parler, encore et encore, toujours et encore. Parler pour ne rien dire, parler pour parler. Il adore raconter et entendre des ragots, des histoires, des petits secrets, bien plus raconter qu'entendre en effet mais cela n'importe peu. Il aime en effet énormément parler, par amour du son de sa propre voix peut être, ou alors par pur plaisir de se savoir écouté, l'un comme l'autre, s'il aime parler c'est uniquement par vanité et par orgueil.

Parlons d'un nouveau détail, une haine incroyable pour les sentiments et pourtant un désir impossible de les posséder. Cet homme veux vivre tout les sentiments possible, mais il exècre les grandes effluves de sentiments. Il n'aime pas voir les gens fondre en larmes au départ d'une personne, il n'aime pas voir un couple s'enlacer tendrement, il n'aime pas voir les autres démontrer de l'intérêt pour quelqu'un d'autre que lui, il ne désire qu'une chose, que les sentiments soit dirigé vers sa personne, lui et lui uniquement. Oui jamais les sentiments d'un être ne doivent se diriger vers un autre que lui, pour la simple raison, qu'il est bien supérieur à qui que ce soit.

De plus, cet homme possède un étrange goût pour le luxe, la beauté, un esthète dans l’âme, il aime les choses qui brillent, les choses qui sont grandioses pourquoi, car seul le meilleur ne peux sied à quelqu'un de son acabit, il n'y a que les effets les plus extravaguant, les objets les plus uniques, les choses les plus rares qui ne peuvent aller à une personne aussi grandiose et divine qu'il ne se voit. Il n'hésitera jamais s'il peut obtenir quelque chose qu'il juge intéressant.

Nous y somme presque désormais, nous nous approchons des détails les plus croustillants. Parlons de sa passion du jeu, sous toute ses formes, mais plus précisément sur une forme de jeu qui lui est très personnelle, des défis qu'il se lance, il se juge tant et si bien puissant qu'il aime à se donner des défis, comme corrompre des âmes innocentes pour prouver qu'il est bel et bien le plus grand, le plus puissant. Le plus magnifique. Il cherche toujours à manipuler autrui pour son propre plaisir, voilà son jeu, le jeu d’échec à taille réel. Il aime se montrer plus malin que quelqu'un, plus fort que quelqu'un, mais ce sans jamais lui avouer, ou alors uniquement après une victoire affirmé. Il lui arrive d'agir trop précipitamment et de gâcher son propre jeu par excès d'assurance. Mais généralement il agira avec une étrange prudence, il agira pour lui, pour sa grandeur.

Parlons maintenant, un peu plus précisément de son orgueil, de son pêché, parlons de cela oui. Nous l'avons déjà fait et largement ? Vraiment ? Mais tellement moins que vous ne semblez le croire. En effet, son orgueil est tel qu'il est prêt à toute les folies, mourir pour vaincre et gagner, il le peut, tuer tout être en face de lui pour gagner et être le meilleur, il le peut. Agir pour sa grandeur des plus abominables façon il le peut. Sauver mille vies en un instant il le peut s'il en retire de la gloire. Son orgueil peut le pousser aux pires infamies comme elle peut le guider vers les cieux divins, il n'agira jamais pour quiconque à part lui. Jamais, et pourtant, pourtant le voilà ici, dans un pensionnat, au service d'autrui. Vraiment. Voyons, chercher donc, comprenez, qu'est ce que l’égoïsme, qu'est ce que l'orgueil peut faire, jusqu’où peut il conduire ici bas. Mais partout, l’orgueil est une horreur, l’orgueil est une perfection et pourquoi, car il hante cet homme, il le possède, peut importe son acte et son geste, l’orgueil est le seul pêché dont on ne peut se défaire. Il n'existe qu'un échappatoire a l’orgueil et apporter l'ultime victoire. Lorsque vous comprendrez, vous comprendrez aussi la volonté de Sendor, son désir, son but et sa raison. Vous comprendrez le secret de sa psyché.



Histoire

Voilà qui pourrait résumer l’existence de cet homme ce sont des temps, des époques, des jeux différents, mais tous ont une même idée.

Sa première véritable libération du Tartare n'eut lieu que tard dans l'existence de l'humanité. Aux alentours des années 1500 en Italie, à Rome, dans l'antique Colisée. Il se réveilla, avec cette forme qu'il possède encore aujourd'hui et qu'il aura toujours possédé. Pourquoi ? Car lorsque l'on à de l'orgueil on aime ce que l'on est plus que tout et on en change pas, on l'impose aux autres. Voila pourquoi. Mais revenons en ce lieu, au milieu de la nuit, un frais crachin tombait, et il était la, assis sur le rebord des gradins, observant le sable et l'herbe se mêler. La lune brillait d'un éclat roux, ronde, sa lueur emplissait l'arène, mais délaissait les gradins et les tribunes, laissant Sendor plongé dans l'ombre. Pourquoi restait il la vous demandez vous, ce n'était en effet pas dénué d'une raison, il s'ennuyait et il avait vu quelque chose, un étudiant, simple, frêle, fragile, maladif, ce jeune homme l'intéressant sans qu'il ne sache pourquoi, mais il présentait qu'il pourrait le modeler et en faire de grande chose. Lorsque le garçon se leva, d'un mouvement de bras Sendor se projeta dans l'arène et un bruit assourdissant retenti. L'inconnu se retourna prestement totalement sous le choc et lorsqu'une forme se dessina dans l'ombre, il se mit à trembler. Lorsque l'Homonculus se mit à parler, étrangement, l'enfant se calma, comme apaiser par cette voix. Mais demeurait la surprise, un homme apparaissait soudainement dans un fracas terrible, se mettait un italien parfait en face de vous malgré un physique d'étranger non tout cela ne sonnait décidément pas normal aux yeux du jeune homme. Et pourtant, lorsque Sendor lui parla il ne pouvait qu'écouter et se laisser entraîner dans ses propos, des propos funestes, mais incroyable, des propos ou il parlait de changer le monde, d'assassiner un tyran, de tuer un Duc. Le jeune homme, finit par réclamer présentation, sans la moindre hésitation l'Homonculus se présenta et attendis une réponse, Lorenzo, un prénom emplie de couleur locale, un prénom typiquement italien. Cela se sentait. Et ce garçon qui semblait si pure se laissait peu à peu convaincre de la bonne foi de l'inconnu, il se laissait convaincre du bien fondé de ses propos. Oui s'il tuait son cousin, le duc de Florence alors la république serait instauré et tout homme serait heureux. Et Sendor lui jubilait, oui jubilait de sa capacité à convaincre cet homme de guidé une révolution perdue d'avance. Tout cela lui semblait tellement simple, mais tellement grandiose, il se sentait tellement puissant. Il tenait l'avenir de cet homme entre ses mains. Il voulait voir jusqu’où il pouvait le pousser, mais pas dans l'instant non, son rôle était fait à cet instant, donné la folie à l'enfant et attendre que la graine pousse. Il salua son jouet et disparu à nouveau dans la pénombre.

Nul ne peut savoir ce qu'il a fait en attendant le moment opportun, prévoir son plan, s'amuser, visiter le monde et s'enrichir, impossible de le deviner. Mais il réapparu, durant un splendide carnaval, à Florence la belle, la grande, à ce carnaval il revint masqué certes, mais Lorenzo le reconnut, par son maintient, sa prestance ou ce petit quelque chose qui agaçait, cette espèce de force qui l'entourait et démontrait une espèce de haine. Enfin bref, Lorenzo le reconnut et vint à lui. Une peur irrépressible se lisait dans le visage du jeune homme. Sendor lui arborait toujours cette allure stricte. Il rassura le garçon de quelque mot, de quelques phrases, il effaça ses doutes fit oublier au jeune garçon toute sa bonté passé. Il sentait que le garçon avait besoin de lui il aimait cela, il adorait cela.

Après ce soir, il disparut de nouveau de la circulation, on le perdit à nouveau, que faisait il, observait il son jouet ? Influait il ses actes, nul ne le sait. Mais ce que l'on sait, c'est quand il fit de nouveau apparition, le soir de la mort du Duc. Lorsque le crime fut accomplis, il était la, il récupéra Lorenzo, affaiblit, dépité, démoralisé, réclamant la mort. Durant un instant, il fut prit de pitié et eu l'envie de lui offrir, mais il se retint. Oui il se retint de le tuer, il voulait voir quelque chose. La mort, oui, il ne pouvait que peu contrôler la mort, il exécrait la mort, alors il voulait la voir. De ses yeux. Il frappa Lorenzo de toutes ses forces pour le remotiver, pour lui montrer la douleur, la force d'être envie, il s'apprêta à le guider vers la réussite, quand il décida soudainement de faire autrement, il lui affirma que c'était une erreur, qu'il devait fuir, quitter les lieux et ne jamais revenir, partir le plus loin possible sans se retourner. Et Lorenzo le crut, Lorenzo fuit et périt, assassiné, sous les yeux de Sendor qui restait impassible, bien que mille questions le tourmentait. Qu'étais ce que cette victoire, une nouvelle victoire invisible. Il se lassa de cette époque et disparut de nouveau pour un temps plus long.

Son second retour important se fit des siècles plus tard. Peut de temps après la fin de la seconde guerre mondiale. En 1945, à l'aube de ce qu'il nommerait son plus grand jeu. Il se laissa vite devenir le plus grand conseiller des dirigeants de l'URSS, il les aida à se construire, à devenir la puissance, tout d'abord il démontra son intelligence au prêt de Staline qui rapidement se laissa convaincre, comment dire non à un tel homme. Et puis, un homme à la fin de son être n'était qu'une proie facile. Non, la n'était pas l'intérêt de Sendor, lui voulait que ces lieux, ces dirigeants, ce pays inspire une terreur impossible aux autres pays. Mais il ne voulait pas d'effluves de sang, tellement barbare, il se refusait à une telle bassesse. Nous éluderons de nombreux points de ces actes, mais tout ce qu'il y a dire, c'est que Sendor, sans relâche parvint à s’introduire de façon irréversible dans les décisions des dirigeants, que ce Krouchtchev, Brejnev, Andropov ou bien Tchernenko il fit en sorte que ses hommes guident le pays d'une main de fer, il décida dans l'ombre, il était celui qui choisissait tout acte et tout mouvement du pays. Il est celui qui le conduit à sa ruine et pourquoi, car il ne pouvait plus rien en tirer, car la gloire n'était pas la, car il était lassé de l'ombre. Car il était lassé de ses victoires de cendres, car il était lassé de n'avoir que ce qu'il voulait, il voulait plus, il voulait vaincre quelque chose qu'il n'avait encore jamais vaincu, lui même. Et il disparut à nouveau, en 1991 dans les ténèbres qui sont les siennes.

Ainsi après des siècles de jeux, des millions d’événements éludés, car oui, Sendor réapparut de nombreux fois en ce monde, mais certaines de ces histoires ne sont que peu importante. Alors nous les éludons toutes, non, ce qui importe c'est que Sendor est décidé de changer du tout au tout, il déciderait d'obtenir une victoire différente, une victoire pure, il voulait aider autrui, pour aider, c'est pourquoi il choisit ce lieu, c'est pourquoi il décida de s'installer à Hoshiyo, pourquoi il voulait vivre tranquillement. Mais savait il réellement ce qu'il désirait, non, il se leurrait lui même. Il se mentait à lui même. Il, vous, nous ne comprendrons que tard, que trop tard ses motivations latente.

Voila l'histoire abrégé de l’orgueil incarné, voilà la brève histoire d'un surveillant, voilà la courte vie d'une création sans réel autre but que ses propres désirs et n'ayant pour autre loi que sa vantardise, son orgueil, sa prétention.





Aime/Aime pas

Il aime tristement le luxe, la beauté, l'intelligence et la capacité à être inférieur à lui, il adule même le fait que les autres lui soit inférieur, montrer vous plus faible ou dépendant, il vous aimera. Il hais en revanche tout ce qui ne le concerne pas ou tout ce qui tend à le dépasser.



Il peut très vite oublier quelque chose qu'il disait au détriment d'un intérêt personnel. Il peut vous aider et d'un coup cesser pour vous empêcher d'atteindre votre but, en un mot, il est assez changeant et peu concentrer. De plus de part son orgueil il ne possède de réel affinité envers les autres Homonculus, il ne les détestes pas loin de la, il les imagines souvent utiles à ses projets tant qu'ils savent rester à leurs place. Il possède de la compassion pour chacun d'entre eux ayant vécu lui aussi dans le Tartare. Parlons de ces êtres par leurs pêchés à un à un. Il y a l'un d'eux dont il ne peut supporter le pêché, la Colère, il trouve cela trop impulsif, trop barbare et trop décevant. En revanche, il porte un intérêt certains à l'Envie et l'Avarice mais s'en méfie comme la peste, il porte un même intérêt pour la Luxure mais est incapable de penser quoi que ce soit à son propos trop perplexe face à ce pêché. Quant aux deux dernier pêchés il ne leurs accorde aucun crédit, aucun intérêt, il les vois juste inutile, la Gourmandise et la Paresse sont pour lui totalement futile.

Caractéristiques
Qui es-tu ?

Prénom/Surnom :D.
Âge :Kidnapper le perce oreille ♥
Sexe : ♂ Garçon ♂
Comment as-tu connu le forum ? Je crois que j'ai aider durant la création, je crois hein '-'
Depuis combien de temps tu rp ?Cinq ou six j'ai un peu de mal à me souvenir.
Tu as des idées à nous soumettre ? Oui libérer moiiiiii. Ne m'endiguez plus.
Un rang ? Miaou '-'
Tu as lu le règlement ? PROVE IT !VALIDE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin

Messages : 137
Points : 206
Date d'inscription : 30/12/2012

Feuille perso
Race: Cronos : Esprit du temps
Personnes rencontrées:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Orgueil et préjugés. [Annel Sendor.]   Jeu 3 Jan - 16:45

Comment ne pas te valider, mon très cher Annel ?
N'oublie pas de généré ta feuille perso par contre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hoshiyo.superforum.fr
 

Orgueil et préjugés. [Annel Sendor.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Orgueil et préjugés (27/11 - 19h55)
» Avec orgueil et préjugés - Loevarez
» Orgueil et préjugé (mini-série)
» Orgueil et Préjugés [Samantha & Jordan]
» Orgueil et préjugé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hoshiyo :: Au commencement ... :: Présentation des personnages :: Fiches validées-